vendredi 7 novembre 2008

Esthétique de l'effacement...

Mariée thé vert
Les autoportraits de Kimiko Yoshida subliment une enfance marquée par l'abandon et l'errance. Ses travestissements se nourrissent de fantasmes, de souvenirs, de rêves et de légendes... Fantomatique, travestie en homme ou androgyne, l'artiste japonaise se pose inlassablement des questions liées aux identifications, à la transformation, à l'unicité et à l'universalité. Sa quête d'hybridation des cultures et de transformation de l'être la conduit à des métamorphoses multiples, dans des univers inventés, propices à une déconstruction personnelle systématique. "Tout le monde cherche à être unique, dit-elle, moi je veux être plurielle, devenir universelle".
Source : Wanted Paris

Aucun commentaire:

Géométrie sacrée...

La géométrie est un langage universel qui traverse l’espace et le temps et s’enrichit avec l’évolution humaine. Elle est mouvante, vi...