mardi 15 juillet 2008

A un moine du mont Chung nan

les grondements de la réussite et du profit soulèvent
le ciel, mais là-bas on ne les entend pas
vêtu d'herbes et ne mangeant que des végétaux,
tu passes matins et soirs
je pense à toi, au loin, dans la montagne où la neige
est profonde de dix pieds
parfois un immortel vient frapper à ta porte.

Poème Zen, Mondarren
Photographie : Mai-Linh

Aucun commentaire: