mardi 15 juillet 2008

Tous les bonheurs sont dans la nature...

Reste à savoir si ce que nous prenons pour du bonheur ne se résume pas le plus souvent aux simples moyens, activités, "divertissements" disait déjà Blaise Pascal, que l'homme invente pour oublier l'irrémédiable précarité de sa conditions... Car attendre son bonheur des choses extérieures (réussite professionnelle, reconnaissance sociale, relation amoureuse), c'est risquer de voir ce bonheur détruit par "mille accidents et revers de fortune".
Nous cherchons tous les plaisirs pour mieux oublier l'essentiel: nous-même. On multiplie donc les sorties, on met la télé ou la radio en bruit de fond.

Dès l'enfance, note Blaise Pascal, on demande aux hommes de s'inquiéter de leur bonheur : "On les accable d'affaires, d'apprentissage des langues, on leur fait entendre qu'ils ne sauraient être heureux sans la santé, l'honneur, la fortune", et qu'il suffit qu'une seule chose leur manque pour qu'ils soient malheureux. "Ainsi, on leur donne des charges et des affaires qui vont les tracasser dès le lever du jour. Voilà, direz-vous, une étrange manière de les rendre heureux !"
Alice de Brenguela

Aucun commentaire:

Géométrie sacrée...

La géométrie est un langage universel qui traverse l’espace et le temps et s’enrichit avec l’évolution humaine. Elle est mouvante, vi...