lundi 9 mai 2016

Le Buffle...


Balthasar Burkhard
Le Buffle, 1997
photographie noir-blanc contrecollée sur aluminium

Le Buffle fait partie d’une série élaborée à la fin des années 90, où, d’une ménagerie de cirque à l’autre, Burkhard entreprend d’en immortaliser les plus beaux spécimens. D’une image à l’autre (lion, zèbre, puma, chameau, cochon laineux, cheval frison…), on retrouve le même protocole de prise de vue : l’animal est photographié en entier, de profil, sur le terrain sablonneux typique des ménageries, devant une large bâche tendue ; le tirage noir-blanc présente l’animal en taille réelle. Le dispositif rappelle les campagnes des premiers photographes ambulants, proposant leurs services et leur décor au quidam impressionné, posture calibrée, temps de pose interminable. Ici, le projet paraît paradoxal, tant l’animal semble figé dans une pose artificielle, comme pour ressembler à l’image idéale, trop explicite, qu’on s’en ferait ; portraits mélancoliques d’une espèce en voie de disparition, vestiges d’une animalité trop maîtrisée, qui en perdant de sa sauvagerie, perdrait un peu de l’essence même de sa vie. La photographie elle-même s’y voit épinglée, dans ce qu’elle a d’artifice, dans son rapport complexe au temps et à la vie, dans son rêve impossible de dire et de conserver l’éphémère. (ABLB)

Aucun commentaire:

Géométrie sacrée...

La géométrie est un langage universel qui traverse l’espace et le temps et s’enrichit avec l’évolution humaine. Elle est mouvante, vi...