vendredi 29 août 2008

La Porte Saint-Denis...

La porte St-Denis fait figure de manifeste. Elle témoigne de l'efficacité de principes architecturaux qui s'inspirent de l'enseignement des Anciens sans toutefois s'y asservir totalement. Blondel, son auteur, la fait d'ailleurs figurer dans son Cours d'architecture, publié en 1675, où il souligne sa théorie et sa pratique des proportions. A ses yeux, la principale beauté de la porte tient toutefois à ses proportions. L'ouvrage est d'abord aussi large que haut. Ses deux piles et son arche centrale font chacune le tiers de la largeur. La hauteur de la baie centrale est égale à deux fois la largeur. Toute une série d'autres rapports numériques simples unissent les hauteurs des piédestaux, des plinthes et de la corniche. Ils reflètent la croyance de Blondel dans le caractère naturel de la beauté qui naît des proportions.
Parmi ses derniers admirateurs, avant que le XXè siècle ne le cantonne définitivement aux seconds rôles de l'histoire de l'architecture, figure le Corbusier. La porte St-Denis apparaît en effet au début du chapitre consacré par ce dernier aux tracés régulateurs dans Vers une architecture. "De la naissance fatale de l'architecture. L'obligation de l'ordre. Le tracé régulateur est une assurance contre l'arbitraire. Il procure la satisfaction de l'esprit" écrit Le Corbusier au début de ce chapitre. Texte : La porte St-Denis - A. Picon
Restitution de l'ancienne porte Saint-Denis

Aucun commentaire: