dimanche 6 juillet 2008

Ivre de femme et de peinture....

Dans le film Ivre de femmes et peinture du Sud-Coréén Im Kwon-Taek, qui retrace des épisodes de la vie du peintre "Ohwon", Jang Seung-Up, rend compte de cette relation intime qui unit les êtres par-delà les formes et la particularité des existences. Tout au long des différentes scènes du film, l'artiste Ohwon s'imprègne de l'énergie en oeuvre dans les flots d'un fleuve, l'agitation d'une frondaison, une née de passereaux, le manteau neigeux sourd d'un paysage...jusqu'au moment où il choisit de disparaître en se fondant dans le braisier du four d'un céramiste où cuisent ses propres oeuvres ! Il n'y a guère de disparité entre son art et le travail de la nature. La réussite des ses réalisations artistiques est manifeste lorsqu'elles retracent ou expriment le flux des transformations. En d'autres termes, c'est parce qu'il résonne avec elles qu'il est capable de les laisser transparaître comme un écho dans ses réalisations.

Le réveil du Samouraï, Pierre Fayard


Aucun commentaire: