jeudi 5 juin 2008

Crise du milieu de la vie

Attaquée en ses deux extrémités, la maturité adulte se trouve fragilisée en son coeur même. En elle se concentrent toutes les angoisses de l'individu contemporain. Car s'il y a une crise de l'âge adulte, c'est aussi parce que l'âge adulte est devenu lui-même une longue crise. Alors que l'adolescence se vit sur le mode de la révolte, la "crise du milieu de la vie" est la période du désarroi: comment rester un individu après la famille et après les destins rêvés ?
A cet âge, trois évidences existentielles au moins s'estompent : on cesse d'être l'enfant de ses parents, on cesse aussi d'être parent à temps pleins, on cesse de se rêver un avenir professionnel radieux. Si l'on échoue dans ses projets, on déprime parce qu'on a échoué, et si on a réussi, on déprime parce qu'il n'y a plus rien à espérer.
Les grandes raisons de vivre s'effacent. Il ne reste plus qu'à être sois-même, ce qui est loin, bien loin, d'être aisé ou exaltant. Romain Gary raconte cette expérience dans son roman, "Au-delà de cette limite, votre ticket n'est plus valable".
L'auteur achève son texte par ces mots : "je n'ai jamais vu aussi clairement en moi-même qu'en ce moment, où je ne vois plus rien.

Philosophie des âges de la vie
Eric Deschavanne et Pierre-Henri Tavoillot

Aucun commentaire: