lundi 16 juin 2008

Au temple Tung lin, sur le mont Lu, réflexion nocturne

en quête du temple du lotus bleu,
seul je pars, adieu à la ville.
le gel rend le son de la cloche du Tung lin plus clair l'eau du torrent du Tigre rend la lune plus blanche
un parfum céleste s'élève du vide
une musique céleste résonne continûment
assis paisiblement, dans un calme immuable
mille immense mondes révélés au bout d'un cheveu !
dans la clarté je communie avec l'esprit originel,
ma transmigration au cours d'innombrables âges enfin tranchée

Photo/ Eiline : Paris
texte : Zen Poèmes, Moundarren

Aucun commentaire:

Géométrie sacrée...

La géométrie est un langage universel qui traverse l’espace et le temps et s’enrichit avec l’évolution humaine. Elle est mouvante, vi...