mardi 15 avril 2008

Ruines



Décombres, éboulement, effondrement.
La ruine, c'est ce qui tombe, mais c'est aussi ce qui reste : lent processus de chute et résultat de cette destruction.
Elle demeure : lambeau d'un autre temps, pierres d'un autre âge, percée d'une autre époque dans le présent nostalgique.

La ruine est fragile, débris qui sans cesse se fragilise, continue de se désintégrer comme une dentelle de papier se déchirant petit à petit., la ruine dit la fragilité de tout.

La ruine en effet rend sensible à l'esprit méditatif, le passage, le devenir, le processus.

Elle n'est pas seulement un objet qui reste mais un véritable discours.

1 commentaire:

Gilles a dit…

Et si la ruine était promesse de... devenir ?
Amitié